Impact du stress électrophone sur la résistance et la virulence de Pseudomonas aeruginosa

CATHERINE LLANES
CNRS UMR 6249 Chrono-Environnement,
UFR Sciences Médicales et Pharmaceutique
BESANÇON

 

Introduction et Objectifs

Le malondialdéhyde (MDA) est un marqueur du stress oxydant, dont les concentrations sont 3x supérieures dans les expectorations des patients CF, comparées à celles de patients non-CF. L’objectif de ce travail est d’établir si le MDA est un inducteur des pompes d’efflux et donc de la résistance aux antibiotiques des souches de P. aeruginosa.
 

Résultats et Conclusions

Les premiers résultats montrent que les pompes d'efflux sont induites in vitro par le stress électrophile provoqué par le MDA. Cette induction, même si elle est transitoire, diminue la sensibilité des souches de P. aeruginosa aux antibiotiques tels que les aminosides (substrats de la pompe MexXY/OprM) ou les fluoroquinolones (substrats de MexEF-OprN). La gestion du stress oxydant est donc un élément important de la prise en charge de la maladie.   
De plus, des molécules similaires au MDA et ayant des propriétés antibactériennes, entrent dans la composition de certaines huiles essentielles.
Les effets antagonistes de ces produits sur les antibiotiques sont explorés actuellement au laboratoire afin de pouvoir fournir une indication claire aux patients CF quant à leur utilisation.