La greffe

Lorsque la dégradation importante de la fonction respiratoire menace la vie, la greffe des poumons est envisagée.

la_greffe_1

Etre greffé : un projet à construire
 

La transplantation, si elle reste une étape non dénuée de risques, n’en demeure pas moins une solution pleine d’espoir pour de nombreux patients. Les progrès des techniques chirurgicales, de l’anesthésie et des traitements contre le rejet et les infections sont constants, permettant  une amélioration de la  fonction du greffon à long terme.

En 2015, le bénéfice de la greffe sur l'espérance de vie et la qualité de  vie ne fait aucun doute. Il a progressé depuis 10 ans et va encore augmenter.

Nombreuses sont les questions qui marquent chaque  étape de ce projet : En quoi consiste la greffe en cas de mucoviscidose ? Quand l'envisager ? Quels sont les risques ? Comment gérer l'attente, l’hospitalisation, le retour  à domicile, l' « après-greffe » ?

La greffe pulmonaire en France : quelques chiffres

D’après les données 2012 du Registre Français de la Mucoviscidose, 568 patients atteints de mucoviscidose vivaient avec un organe greffé (essentiellement une greffe pulmonaire), soit 9,2% de l’ensemble des patients (on estime que ce chiffre devrait atteindre 10 à 15% en 2015.

L'activité de greffe pulmonaire a très nettement augmenté ces dernières années, avec  96 greffes pulmonaires pratiquées en France en 2012 sur des patients atteints de mucoviscidose.

Voir tous les chiffres sur l’activité de greffe pulmonaire sur le site de l’Agence de la Biomédecine

Attention : certains de ces chiffres, et notamment ceux concernant la survie après greffe, prennent en compte l’ensemble des patients greffés depuis les débuts de l’activité de greffe pulmonaire (1985). Ils ne doivent donc pas être pris comme référence pour ce qui attend un patient greffé aujourd’hui, avec les connaissances et les pratiques médicales actuelles.

Transplantation pulmonaire et don d'organes

La greffe pulmonaire et le don d’organes : un enjeu vital
 
La transplantation pulmonaire est encore aujourd’hui la seule alternative pour prolonger la vie de patients atteints de mucoviscidose et dont l’état respiratoire s’est irrémédiablement dégradé. Vaincre la Mucoviscidose s’est mobilisée depuis plusieurs années pour développer cette activité, améliorer la survie et  la qualité de vie.

 
Promouvoir le don d’organes ou quand une mort peut sauver plusieurs vies
 
Le Collectif Don de vie a été constitué pour soutenir la Grande Cause Nationale 2009, le "Don d'organes, de sang, de plaquettes, de plasma et de moelle osseuse". Il a pour mission d'informer, de sensibiliser et d'interpeller le public autour de la problématique du don.
Composé de 13 associations, ce collectif développe et diffuse une campagne de communication nationale et locale : "Un pouce vers le bas, c'est la fatalité, un pouce vers le haut, c'est la vie !"
 
Le don d’organes est l’acte fondateur de la transplantation qui permet généralement de sauver plusieurs vies  (plusieurs organes pouvant être dirigés vers plusieurs patients atteints de pathologies différentes). En 2014, les patients sont confrontés à une pénurie d’organes.
Vaincre la Mucoviscidose au même titre que de nombreuses associations sensibilise l’opinion publique pour que chacun prenne position et informe ses proches de son choix en la matière. L’objectif est  d’abord de limiter au maximum les refus de don liés à l’absence de consentement connu de la personne décédée. Notre association se mobilise  auprès de l’Agence de la biomédecine et dans le cadre du collectif  «  Don de vie » qui a obtenu le label "Grande Cause nationale 2009"  décerné par le premier Ministre.
 
*Les informations fournies sur ce site sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.
 

©Fotolia - fivepointsix

Document lié

Recevez la newsletter
"Le Lien".