Vous êtes ici

Rôle de CFTR dans la contrôle du développement des îlots et des cellules bêta du pancréas endocrine chez des souris mucoviscidosiques.

Dernière mise à jour 30.09.2021 à 11h37

Axe de recherche : Pathologies associées Délégation territoriale : Île de France Domaine de recherche : Recherche fondamentale

Porteur du projet : Kamel Maouche

UMR 8251- Université de Paris / CNRS - Unité de Biologie Fonctionnelle Adaptative, Laboratoire de Biologie et Pathologie du Pancréas Endocrine

Contexte : 
Le diabète associé à la mucoviscidose (CFRD) se caractérise par une diminution du nombre de cellules bêta produisant de l’insuline mais aussi une hyperglycémie chronique et une inflammation du pancreas exocrine. En conséquence, ces désordres métaboliques accélèrent le déclin de la fonction pulmonaire, réduisant fortement l’espérance de vie de ces patients. Le développement du CFRD est encore très mal connu. Des données expérimentales suggèrent que le développement des cellules bêta est altérée, indépendamment d’une inflammation, et par conséquent incapable de s’adapter aux demandes métaboliques. Cependant, le développement des cellules bêta des patients mucoviscidosiques n’a jamais été étudié.

Objectifs :
Un mécanisme moléculaire impliquant la molécule GSK3-bêta  a été associé à la regulation du nombre de cellules bêta endocrines. Notre projet vise à identifier le rôle de CFTR dans la régulation de la croissance des cellules bêta chez des modèles murins mucoviscidosiques. Pour cela, notre étude cherchera à mettre en évidence des observations potentiellement importantes sur la façon dont CFTR régule la croissance néonatale des cellules bêta pancréatiques des patients atteints de la mucoviscidose.

Perspectives :
L'activation de cette voie régulatrice pourrait représenter un moyen efficace non seulement pour augmenter le nombre de cellules bêta mais aussi pour améliorer leur fonctionnalité. Ces cellules fonctionnant correctement pourront limiter la survenue du diabète et par conséquent le déclin de la fonction pulmoaire des patients atteints de la mucoviscidose. Par ailleurs, cette voie régulatrice peut également être considérée comme une cible potentielle par de nouveaux médicaments pour stimuler l'expansion des cellules β chez les jeunes patients mucoviscidosiques. Cette étude pourrait ouvrir de nouvelles perspectives dans le dépistage précoce des anomalies de la glycémie chez les très jeunes patients mucoviscidosiques.

Résultats obtenus :
N/A