Vous êtes ici

Etude exploratoire de l'exposition fongique au domicile de patients atteints de mucoviscidose (FONGEXPO)

Dernière mise à jour 30.09.2021 à 11h34

Axe de recherche : Infection Délégation territoriale : Basse-Normandie Domaine de recherche : Recherche clinique

Porteur du projet : David Garon

Université de Caen - Unité ABTE EA 4651, équipe ToxEMAC, laboratoire de Mycologie

Contexte : 
Chez les patients atteints de mucoviscidose, de nombreux agents pathogènes (virus, bactéries, champignons) sont susceptibles de coloniser l'appareil respiratoire. La contamination fongique en milieu intérieur pourrait être un facteur favorisant l'aspergillose broncho-pulmonaire allergique (ABPA) chez ces patients. Le rapport de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES, 2016) met ainsi en avant les groupes de populations à risque vis à vis des contaminants fongiques aériens : les personnes immunodéprimées et celles atteintes de maladies pulmonaires chroniques telles que la mucoviscidose. Bien que les espèces appartenant au genre Aspergillus semblent récurrentes dans les bioaérosols d’habitats (Delanoë et al., 2020),  l'exposition aux contaminants fongiques aériens en milieu intérieur est encore mal connue, en particulier le rôle de la diversité des espèces fongiques et leurs concentrations dans l’air sur l’évolution clinique des patients.

Objectifs :
ONGEXPO est à la fois basée sur l'analyse de la diversité fongique (microfonge) de prélèvements d'air effectués au domicile des patients et d'expectorations recueillies au cours de leurs consultations en milieu hospitalier. Elle doit permettre de documenter et d'explorer le rôle de l'exposition fongique en milieu intérieur et d'investiguer le lien entre exposition en milieu intérieur et évolution de la maladie.
L'originalité de cette étude repose sur la nature des prélèvements effectués : prélèvements de poussières (par écouvillonnages) et de bioaérosols (par biocollecteurs) au domicile du patient ; expectorations de patients atteints de mucoviscidose au cours de leurs consultations médicales. Ces différents prélèvements seront effectués de façon trimestrielle.

Perspectives :
Cette étude d'exposition, en documentant la nature et les concentrations de contaminants fongiques présents dans les bioaérosols permettra d'appréhender la notion de co-exposition. Ainsi les effets toxicologiques de mélanges d'espèces fongiques retrouvées dans l'environnement immédiat du patient pourront ensuite être étudiés. Ce travail permettra également de contribuer à déterminer, pour les patients atteints de mucoviscidose, les espèces fongiques qui peuvent être utilisées comme indicateurs microbiologiques environnementaux ainsi que des seuils d'exposition aux moisissures en milieu intérieur.

Résultats obtenus :
N/A