Vous êtes ici

Détermination du rôle de Lsr2 durant la transition entre les morphotypes lisse et rugueux favorisant la virulence et la multi-résistance aux antibiotiques du pathogène Mycobacterium abscessus dans les poumons de patients atteints de mucoviscidose

Dernière mise à jour 06.08.2020 à 13h18

Axe de recherche : Infection Délégation territoriale : Île de France

Porteur du projet : Jean-Louis HERRMANN

Université Versailles St-Quentin-en-Yvelines - UMR 1173



Contexte :

Les patients atteints de mucoviscidose sont sujets à des infections respiratoires sévères causées notamment par Mycobacterium abscessus (Mabs), un pathogène résistant à l’action de certains antibiotiques. Mabs se présente au cours de l’infection sous deux formes de morphologies différentes (ou morphotypes) : une première, dite « lisse », qui peut au cours de l’infection subir une série de modifications génétiques la conduisant à se transformer en une forme dite « rugueuse », considérée comme plus virulente pour le patient. Nous n’avons que très peu de connaissances sur cette transformation survenant dans les poumons des patients infectés par Mabs. Récemment, nous avons isolé une nouvelle protéine qui influence l’expression des gènes et la structure du chromosome bactérien. Son expression augmente chez le phénotype R. Cette protéine est également connue pour son rôle dans la résistance aux antibiotiques de Mabs.



Objectifs :

L’objectif de notre projet est de mieux comprendre quels sont les mécanismes conduisant à la transformation du morphotype S de Mabs en morphotype R et le rôle joué par notre protéine dans cette transformation. Nous voulons pour cela mettre en évidence l’ensemble des gènes dont l’expression sera modifiée par cette protéine ainsi que le rôle de cette protéine dans le repliement du chromosome de ce pathogène. Ces expériences seront réalisées sur les deux morphotypes S et R en présence ou en absence d’antibiotiques pour mesurer l’effet de ces derniers sur cette transition S/R.



Perspectives :

La transition S/R constitue une stratégie majeure de Mabs pour accroitre sa virulence chez les patients atteints de mucoviscidose, voire sa résistance au traitement antibiotique. L’étude de l’effet de protéines impliquées dans cette transition permettra l’identification de nouveaux facteurs et mécanismes importants qui pourront à leur tour servir de cible pour le développement de nouvelles stratégies thérapeutiques. Les résultats générés dans le cadre de notre projet contribueront vraisemblablement à augmenter nos moyens de lutte contre cette bactérie capable de résister à la majorité́ des traitements thérapeutiques existants.