Vous êtes ici

TOBRAMUC Evaluation de l’efficacité d’une cure associant un (ou plusieurs) antibiotique(s) avec 14 jours de tobramycine (Nebcine®) en injection intra-veineuse versus la même cure d’antibiotique(s) associée à seulement 5 jours de tobramycine (Nebcine®) en

Dernière mise à jour 09.08.2019 à 12h25

Axe de recherche : Atteinte pulmonaire Délégation territoriale : Hauts-de-France

Porteur du projet : Anne PREVOTAT
CHU LILLE - Hôpital Calmette

Contexte : 
La mucoviscidose est une maladie génétique sévère qui touche pusieurs organes, comme le pancréas, l'intestin, le foie et aussi les poumons. L'atteinte respiratoire conditionne le pronostic de la maladie. L'atteinte respiratoire peut conduire à une insuffisance respiratoire chronique, dont l'évolution ultime amène le patient à la réalisation d'une transplantation pulmonaire.
Parfois les symptômes pulmonaires se font plus importants, accompagnés de fatigue, d'anorexie et d'amaigrissement: on parle d'exacerbation pulmonaire aigüe. La prise en charge de ces exacerbations est basée sur la réalisation de cures associant plusieurs antibiotiques. Les aminosides sont des antibiotiques utilisés pour traiter les exacerbations secondaires à une infection à Pseudomonas aeruginosa fréquemment retrouvé dans les poumons de patients atteints de mucoviscidose.

Objectifs :
Parmi les aminosides, on retrouve la Tobramycine (Nebcine®) qui, dans le traitement des exacerbations, est administrée par voie intraveineuse (IV) pour une durée recommandée de 10 à 14 jours. L'utilisation de la tobramycine par voie IV peut induire une toxicité rénale et auditive, ce qui,  compte-tenu de la répétition des cures dans l'histoire de la maladie du patient, n'est pas sans conséquence à long terme.

Perspectives :
Cette étude vise à optimiser le traitement des exacerbations chez les patients atteints de mucoviscidose, en diminuant la durée d'exposition aux aminosides par voie intraveineuse qui sont des antibiotiques toxiques pour le rein et l'audition.

Résultats obtenus : 
Nous n'avons pas encore de résultats. Aucune analyse intermédiaire ne peut être réalisée si elle n'a pas été prévue dans le projet initial. En effet, la comparaison répétée de l’efficacité de deux traitements par des tests statistiques successifs accroît le risque de conclure à tort. La méthodologie doit donc être adaptée si des analyses intermédiaires sont prévues.