Vous êtes ici

Interactions bactériennes et coopération entre S. aureus et P. aeuroginosa au cours de l'infection pulmonaire chronique chez les patients atteints de mucoviscidose

Dernière mise à jour 09.08.2019 à 12h13

Axe de recherche : Infection Délégation territoriale : Rhône-Ain-Loire

Porteur du projet : Karen MOREAU
Centre International de Recherche en Infectiologie - Université Lyon 1 - Faculté de médecine Laennec

Contexte : 
Chez les patients atteints de mucoviscidose, la composition du tissu pulmonaire est modifiée et devient un terrain favorable à l’implantation d’une multitude de micro-organismes (bactéries, virus...). Ces micro-organismes semblent interagir entre eux pour mieux survivre, combattre les défenses immunitaires ou résister aux traitements, au détriment du patient. 
Parmi ces microbes, les bactéries Staphylococcus aureus (SA), le staphylocoque doré et Pseudomonas aeruginosa (PA) ont un impact majeur dans la diminution de la fonction respiratoire et la réduction de l'espérance de vie des patients. Au cours de l’infection, les interactions entre ces deux agents semblent évoluer. Dans un premier temps, PA tue SA afin de s’implanter et de préserver les ressources nutritives dont il a besoin. Dans un deuxième temps, les deux bactéries co-existent durablement au sein des poumons.

Objectifs :
L’objectif de ce projet est de comprendre les relations entre ces deux bactéries et l’impact que cela peut avoir sur l’évolution de la maladie. Ces deux bactéries peuvent-elles coopérer ? Cela a-t-il une incidence sur l’état de santé du patient ? Pourquoi et comment les relations entre ces deux bactéries évoluent au cours de la maladie ? 
Nous avons donc récupéré les souches bactériennes retrouvées dans les poumons des patients, étudié leurs relations (compétition ou co-existence) et cherchons maintenant à voir s’il y a un lien entre l’état de santé des patients et les interactions entre ces deux bactéries. Est-ce que les patients porteurs de souches qui co-existent, ont un état de santé plus fragile ? 
Parallèlement, nous regardons comment la présence d’une bactérie peut modifier le comportement de l’autre. Nous avons montré par exemple que la présence de PA pouvait augmenter la résistance aux antibiotiques de SA. Enfin nous étudions l’évolution des bactéries au cours du temps afin de comprendre comment leurs interactions sont modifiées.

Perspectives :
Comprendre comment les micro-organismes interagissent au sein des poumons des patients et quelle est l’importance de ces échanges dans le maintien de l’infection et/ou l’évolution de la maladie est un enjeu important pour le suivi et la prise en charge des patients. Nos premiers résultats indiquent que lorsque les deux bactéries coexistent, elles coopèrent pour mieux perdurer dans le poumon. Dans ces conditions, l’analyse des interactions bactériennes serait un élément prédictif de l’évolution de l’état de santé des patients et pourrait permettre une prise en charge plus rapide et plus efficace.  Par ailleurs, identifier les acteurs de cette coopération bactérienne permettrait de définir de nouvelles cibles thérapeutiques et de nouveaux axes de lutte contre les infections bactériennes dans le contexte de la mucoviscidose.

Résultats obtenus : 
non applicable