Vous êtes ici

Enquête anthropologique sur l'usage des huiles essentielles (HEs) par les patients atteints de mucoviscidose : une approche quantitative et qualitative

Dernière mise à jour 09.08.2019 à 12h45

Axe de recherche : Sciences humaines et sociales Délégation territoriale : Isère

Porteur du projet : Florence SOUARD
Université Grenoble Alpes - DPM

Contexte : 
Dans un contexte de popularité croissante des thérapies complémentaires dans les maladies chroniques, il semble que dans la mucoviscidose, l'usage des huiles essentielles, en particulier à visée anti-infectieuse, soit une pratique largement répandue, mais très peu connue des soignants. Dans ce contexte, ils ne peuvent donc ni les mettre en garde contre une éventuelle dangerosité, ni les encourager dans l'usage de compléments qui pourraient leur être utiles. Les huiles essentielles, produits en vente libre, au statut fluctuant, conseillés par des acteurs de santé très diversement formés, font par ailleurs l'objet de recherches dont très peu sont de nature clinique ce qui accroit encore l'intérêt de documenter des pratiques dont on ne connaît que partiellement l'efficacité mais dont on connaît en revanche certains effets secondaires. Cette étude vise à répondre nombre de questions posées par l’usage des HEs et à favoriser un dialogue  éclairé entre médecin et patient.

Objectifs :
Une enquête qualitative et quantitative touchant 500 patients (questionnaires proposés dans plusieurs CRCM de façon anonyme), complété par des entretiens qualitatifs basés sur le volontariat, permettra de mesurer l'ampleur et la nature du recours aux HEs par les patients et familles de patients. L’étude explorera le type d’HEs utilisés, les doses, les conditions d’usage, le type de thérapeutes impliqués, le coût, et les effets ressentis de ces compléments. Ces données permettront de rendre le phénomène à la fois visible et compréhensible aux soignants. Elles permettront d’identifier de potentielles pratiques à risque (doses inadaptées, interactions avec les traitements etc.) ou à l’inverse des effets ressentis positifs en toute innocuité. L’ensemble permettra favoriser un dialogue documenté et constructif entre les patients et les médecins, ainsi que d'orienter vers de bonnes pratiques.

Perspectives :
Les données collectées permettront de mieux cerner l’ampleur et les modalités du recours aux HEs. A partir de ces données pourront être élaborés des recommandations de bonne pratique faisant le tri entre pratiques potentiellement utiles et non toxiques, pratiques à risque avec de nombreuses inconnues et pratiques formellement contre-indiquées. Les médecins, ayant accès à une information qui ne leur est pas délivrée lors de leurs études et prenant conscience d’un phénomène souvent caché, pourront ainsi dialoguer avec les patients et ne pas leur faire perdre de chance si certaines HEs s’avèrent intéressantes, non plus que de leur faire courir de risque si les bénéfices sont inconnus ou les dangers avérés. Les résultats pourront par ailleurs orienter des recherches fondamentales et éventuellement cliniques sur les effets des HEs dans la mucoviscidose qui participeront d’une meilleure compréhension de la place qu’elles peuvent jouer dans l’arsenal thérapeutique.

Résultats obtenus :