Vous êtes ici

Développement d’un prototype in silico d’un système de diagnostic de l’encombrement du patient atteint de la mucoviscidose basé sur l’analyse des flux de monoxyde d’azote à la bouche.

Dernière mise à jour 09.08.2019 à 12h10

Axe de recherche : Pathologies associées Délégation territoriale : Côte d'Azur-Corse

Porteur du projet : Benjamin MAUROY
Université Côte d'Azur - Laboratoire JA Dieudonné

Contexte : 
La fraction de monoxyde d’azote (NO) exhalée (FeNO) est actuellement admise comme marqueur de l’inflammation dans le contexte de l’asthme ou de la rhinite allergique. Toutefois, il est connu que le calibre des bronches influence la valeur de FeNO, amenant à envisager le FeNO non plus seulement comme un marqueur de l’inflammation, mais aussi comme un marqueur du diamètre des bronches.
De plus, un précédent modèle in silico du transport de NO dans les poumons, développé par notre équipe, a mis en évidence le rôle crucial de l’épaisseur, de la localisation et de la mobilisation du mucus bronchique dans les variations de FeNO. Cela a amené à former l’hypothèse que la mesure de FeNO avant et après kinésithérapie de drainage chez le patient atteint de mucoviscidose peut informer quant à l’efficacité de ce traitement tout en guidant le praticien.
La démonstration de l’efficacité de la kinésithérapie de drainage est fondamentale, sachant qu’il y a actuellement peu de preuves objectives quant à l’action de ces traitements sur le long terme. Or ces traitements sont souvent ressentis comme très importants pour les patients, et sont très présents dans leur parcours de soin.

Objectifs :
L’objectif de notre projet consiste à étudier la dynamique du transport du monoxyde d’azote dans les poumons de patients atteints de la mucoviscidose dans le but d’améliorer significativement le diagnostic et le traitement de l’encombrement bronchique.

Perspectives :
Dans le cadre de ce projet, notre équipe souhaite développer un nouveau modèle in silico de calcul du FeNO spécifique à la mucoviscidose qui prendra en compte les obstructions bronchiques dues au mucus. Ce modèle sera appliqué à la mesure de l’efficacité de manœuvres de kinésithérapie de drainage chez les patients.
De plus, les résultats produits par ce modèle pourront être comparés, par la suite, à des données cliniques oubliées obtenues chez des patients en kinésithérapie de drainage. L’étude de ces données par notre modèle permettra de guider le praticien quant à la localisation et l’étendue des obstructions bronchiques chez le patient.
Ce modèle in silico sera complété par un programme informatique d’intelligence artificielle qui sera à même de déduire automatiquement les conditions d’obstruction bronchique chez un patient en fonction de la réponse du FeNO.
Combinés, notre modèle de calcul du FeNO accompagné d’outils de simulation de la biomécanique du poumon, et l’outil informatique de prévision associés, permettront de guider tant la recherche fondamentale que la pratique clinique pour le diagnostic et le traitement du patient atteint de mucoviscidose.

Résultats obtenus : 
N:A