Vous êtes ici

Don d’organes et de tissus : adoptons le ruban vert !

À l’occasion de la journée de sensibilisation au don d’organes le samedi 22 juin 2019, Vaincre la Mucoviscidose invite les citoyens à porter un ruban vert, le nouveau symbole adopté par les associations soutenant le don d’organes et de tissus*.

Dernière mise à jour 20.06.2019 à 12h00

rubanvert_juin2019_2

Pourquoi un tel symbole ?

Ce symbole vise à rappeler de manière visible que nous sommes tous donneurs, à moins d’avoir exprimé un refus de notre vivant. Porter ce ruban vert, c’est une manière de porter la question de l’acceptation du prélèvement auprès du grand public : toute occasion est bonne d’en parler en famille, avant qu’une situation douloureuse ne se produise.

Aujourd’hui, lorsque des patients décédés pourraient se voir prélever des organes ou tissus au profit d’autres patients, on enregistre plus de 30% de non acceptation par les proches. Or d’après les enquêtes d’opinion, moins de 15% des Français déclarent qu’ils refuseraient que les organes d’un proche soient prélevés (selon une enquête Harris Interactive publiée en mars 2016).

Le ruban vert se veut aussi le signe distinctif de la gratitude exprimée par la société à tous les donneurs d’organes et de tissus.

  

 

Quel est le cadre juridique actuel ?

Selon la loi française, nous sommes tous donneurs, sauf si nous avons exprimé notre refus de notre vivant.

Pour cela, plusieurs possibilités :
1.    Le principal et plus sûr moyen de faire respecter son opposition et de protéger ses proches est de s’inscrire sur le Registre national des refus.
2.    Donner à ses proches un écrit daté et signé exprimant son opposition, qui sera remis à l’équipe de coordination de prélèvements d’organes.
3.    Un proche peut faire valoir l’opposition formelle exprimée par le défunt. Il devra alors en témoigner par écrit et remettre le document daté et signé à l’équipe de coordination.

* Avec le soutien de l’Agence de la biomédecine et la Fondation de l’Académie de Médecine.

 

Recevez la newsletter
"Le Lien".