Vous êtes ici

Compréhension des altérations des cellules épithéliales bronchiques induites par les anticorps anti-HLA de classe I et II via une voie indépendante du complément: Implications dans la dysfonction chronique de l'allogreffe pulmonaire

Dernière mise à jour 19.03.2019 à 11h27

Axe de recherche : Transplantation Délégation territoriale : Île de France

Porteur du projet : Nathalie ROUAS-FREISS
Hôpital Saint-Louis - Service de Recherches en Hémato-Immunologie - CEA- UP7

Contexte : 
Les manifestations cliniques de la mucoviscidose sont dominées par les atteintes bronchopulmonaires dont un des traitements est la transplantation de poumon. Cette thérapie est cependant confrontée à la survenue d’une réaction de rejet chronique restant la première cause de mortalité chez les patients greffés pulmonaires. Parmi les mécanismes responsables de ce rejet, la production d'anticorps dirigés contre les antigènes du donneur joue un rôle majeur. En effet, ces anticorps se fixent sur l'épithélium bronchique entraînant des altérations irréversibles. 

Nous proposons avec ce projet de comprendre comment ces anticorps agissent sur l'épithélium bronchique et quelles sont les altérations qu'ils y induisent.

Objectifs :
Nous proposons avec ce projet de comprendre comment ces anticorps dirigés contre les antigènes du donneur agissent sur l'épithélium bronchique et quelles sont les altérations qu'ils y induisent en terme de capacité à proliférer, à sécréter des facteurs de croissance et des cytokines, et à inhiber la réponse immune. Pour ce faire, nous allons travailler avec des cellules épithéliales bronchiques de patients transplantés ainsi que des cellules obtenues chez des contrôles. Nous utiliserons des anticorps commercialisés ainsi que des anticorps développés chez les patients.

Perspectives :
Cette étude a pour but ultime d’identifier des molécules cibles capables de bloquer les lésions de l'épithélium bronchique afin de concevoir des thérapies visant à empêcher le développement du rejet chronique du greffon pulmonaire, dans le traitement de la mucoviscidose.

Résultats obtenus : 
Grâce au financement de Vaincre la Mucoviscidose, nous avons précédemment démontré la présence d'une molécule inhibitrice du système immunitaire, la molécule HLA-G, sur l’épithélium bronchique de patients transplantés pulmonaires stables (ne présentant pas de rejet), comparativement à des patients présentant un rejet aigu ou chronique. Nous avons également montré que cette molécule HLA-G permet aux cellules de l'épithélium bronchique greffé d'inhiber la réponse immunitaire de rejet, en bloquant les lymphocytes T dirigés contre la greffe. 

Nous voulons maintenant à travers ce nouveau projet comprendre comment la réponse anticorps mise en place par une autre classe de lymphocytes, les lymphocytes B, altèrent les cellules de l'épithélium bronchique et contribuent au développement du rejet chronique.

Projet de recherche co-financé par l'Association Gregory Lemarchal