Vous êtes ici

Comparaison Scanner ultra basse dose et IRM pour l’analyse de l’atteinte parenchymateuse pulmonaire dans la mucoviscidose

Dernière mise à jour 17.09.2018 à 17h59

Axe de recherche : Atteinte pulmonaire Délégation territoriale : Île de France

Porteur du projet : Marie-Pierre REVEL

Hôpital Cochin - Unité d'imagerie cardiothoracique et oncologique- Service de radiologie A

Contexte : 
Ces dernières années ont vu le développement parallèle de nouvelles séquences d'IRM permettant l'étude morphologique du parenchyme pulmonaire et de méthodes de réduction de dose permettant une exploration " ultra basse dose " des poumons au scanner avec une dose d'irradiation de l'ordre de celle administrée lors d'une radiographiqe pulmonaire standard de face et de profil. Ces nouvelles méthodes, tout en restant informatives, s'accompagnent d'une perte de qualité par rapport au scanner habituellement réalisé, mais n'ont pas été à ce jour comparées. Si la nécessité d'avoir une évaluation morphologique du parenchyme pulmonaire, en plus de l'évaluation fonctionnelle respiratoire, chez les patients atteints de mucoviscidose ne fait pas débat, la question de réaliser un protocole scanner " ultra basse dose " ou plutôt un protocole IRM " no dose " se pose et nécessite une évaluation comparative.

Objectifs :
L'objectif principal de l'étude est de comparer la détectabilité des lésions bronchiques induites par la mucoviscidose en scanner " ultra basse dose " et en IRM pulmonaire, en ayant pour référence le scanner thoracique basse dose standard, dans une population de patients adultes.

Les objectifs secondaires sont :

1/ Évaluer la reproductibilité des scores d'atteinte pulmonaire calculés sur chacun des types d'imagerie.

2/ Évaluer la corrélation entre les scores d'atteinte pulmonaire (au scanner et en IRM) et la sévérité de l'obstruction bronchique mesurée aux explorations fonctionnelles respiratoires.

3/ Évaluer la corrélation entre le piégeage expiratoire estimé à l'aide de méthodes de recalage d'images et la sévérité de l'obstruction bronchique mesurée aux explorations fonctionnelles respiratoires

Perspectives :

La mise en œuvre de protocoles d'imagerie " ultra basse dose " ou " no-dose " est un enjeu important, particulièrement chez les patients atteints de mucoviscidose dont beaucoup sont imagés de façon régulière dès leur enfance. 

L'IRM pulmonaire est actuellement au centre d'un grand engouement dans la littérature. Elle a l'avantage de ne pas utiliser de rayons X mais les examens sont plus couteux, plus longs et plus difficiles à obtenir dans un contexte de carence en équipements en France. Le scanner est lui beaucoup plus disponible et plus abordable, mais les protocoles ultra basse dose restent peu ou pas utilisés notamment par crainte d'une trop grande perte d'information. 

Les résultats de notre étude permettront d'établir ce qu'on peut attendre de chacune de ces 2 nouvelles modalités par rapport à l'examen scanner standard et ainsi de pouvoir définir leur place dans la surveillance des malades atteints de mucoviscidose.

Résultats obtenus : 
Grace au financement de vaincre la mucoviscidose, nous avons mis au point une méthode automatisée de scoring de la sévérité de l'atteinte pulmonaire sur les scanners de suivi (article soumis, en cours de révision). Cette méthode a ensuite été améliorée par l'utilisation d'une approche basée sur l'analyse de texture et l'utilisation algorithmes d'intelligence artificielle (article soumis).

Nous avons également conduit plusieurs travaux en rapport avec le projet actuel mais sans financement de la part de vaincre la mucoviscidose. Ainsi nous avons évalué l'irradiation cumulative chez les patients atteints de mucoviscidose ayant eu une greffe pulmonaire (communication au congrès européen de radiologie 2018 et article soumis) et nous avons évalué la séquence d'IRM pulmonaire qui sera utilisé dans le cadre de ce projet (communications aux journées françaises de radiologie 2017 et au congrès européen de radiologie 2018, article en cours d'écriture).