Vous êtes ici

Valeur pronostique de l’hyperglycémie provoquée par voie orale à 1 heure sur la détérioration clinique des patients adultes atteints de mucoviscidose. - Etude GLYC-One.

Dernière mise à jour 17.07.2017 à 12h19

Axe de recherche : Epidémiologie Délégation territoriale : Rhône-Ain-Loire

Porteur du projet : Isabelle DURIEU
HOSPICES CIVILS DE LYON- CENTRE HOSPITALIER LYON SUD - Service de médecine interne

Contexte : 
Il est important d’évaluer la tolérance glucidique des patients atteints de mucoviscidose, en vu de diagnostiquer un éventuel diabète. Cette tolérance glucidique est mesurée par un test sanguin : le test d’hyperglycémie provoqué par voire orale. Ce test n’est pas spécifique des patients atteints de mucoviscidose. Compte tenu des spécificités du diabète chez les patients atteints de mucoviscidose, les résultats de ce test (c’est les mesures de la glycémie et de l’insulinémie) doivent être étudiés en regard de l’évolution de l’état clinique, respiratoire et nutritionnel, des patients. Notre étude devrait permettre de mieux définir les critères à prendre en compte pour diagnostiquer un diabète.

Objectifs :
L’objectif de l’étude GLYC-One est de connaitre la valeur pronostique de la glycémie et de l’insulinémie à 1 heure mesurées au cours du test d’hyperglycémie provoquée par voie orale sur l’évolution de l’état clinique (respiratoire et nutritionnel) des patients atteints de mucoviscidose.

Perspectives :
Ce projet devrait permettre de mieux comprendre les anomalies glucidiques constatées au cours de la mucoviscidose, de mieux définir le diabète, les façons de le diagnostiquer, et de mieux définir les anomalies qui justifient d’un traitement pouvant prévenir les complications

Résultats obtenus : 
Dans le cadre de l’étude DIAMUCO, conduite par les CRCM de la région Rhône-Alpes, et actuellement en cours de publication, un nombre de 117 patients ont été inclus entre 2009 et 2010 et suivis pendant 3 années, avec des HGPO annuelle. Sur les 117 patients, 26.8 % des participants présentaient une glycémie à 1h élevée supérieure à 11.1 mmol/L. Ces patients avaient une fonction pulmonaire plus basse (%FEV1 : 60.49 ± 19.9% quand PG1 < 11.1 mmol/L vs. 56.7 ± 22.6% quand PG1 >= 11.1 mmol/L, p=0.5). De la même manière la valeur de l’insulinémie à 1h (23.5±18.6 mU/L) calculée pour 106 patients dont les données étaient disponibles indiquaient que les patients avec des valeurs basses présentaient un BMI plus bas (20.08±2.1 kg/m2 vs. 22.26±3.2 kg/m2, p=0.0) et une VEMS plus basseFEV1 (58.9±21.7% vs. 63.8±23.7%, p=0.4).