Vous êtes ici

Prévalence et persistance de l’infection au papillomavirus humain (HPV) et des dysplasies cervicales dans une cohorte de femmes atteintes de la mucoviscidose

Dernière mise à jour 17.07.2017 à 14h16

Axe de recherche : Pathologies associées Délégation territoriale : Rhône-Ain-Loire

Porteur du projet : Christine ROUSSET-JABLONSKI
Hospices civils de Lyon - Centre Hospitalier Lyon Sud - Centre de Ressources et de Compétences de la Mucoviscidose Adultes - Service de Médecine Interne

Contexte : 
"Le cancer du col de l’utérus a touché en France 3 028 femmes en 2012. Le principal facteur de risque est l’infection à papillomavirus humain (HPV) transmise par voie sexuelle, avec plusieurs étapes intermédiaires entre l’infection à HPV et le développement de lésions. Le dépistage par frottis et la vaccination HPV sont des préventions efficaces contre le cancer du col. Chez les femmes transplantées, des fréquences élevées de portage d’HPV et de lésions précancéreuses ont été décrites, liées à l’utilisation d’immunosuppresseurs.

La majorité des femmes traitées pour une mucoviscidose atteignent l’âge adulte et certaines vont relever d’une transplantation. Une attention particulière devrait donc être portée sur le dépistage cervical. Néanmoins, une faible adhésion aux recommandations de dépistage a été constatée. De plus, des données préliminaires ont retrouvé une fréquence élevée de frottis anormaux et d‘aspect inflammatoire du col de l’utérus chez les femmes atteintes de mucoviscidose."

Objectifs : 
"Les femmes suivies au CRCM de Lyon, acceptant de participer à cette étude, seront reçues en consultation de gynécologie, au cours de laquelle sera réalisé un examen gynécologique avec frottis. Une recherche d’HPV sera réalisée à partir du liquide du frottis. En cas de frottis anormal ou de test HPV positif, un suivi régulier adapté sera mis en place.

L’objectif de cette étude est de décrire chez des femmes prises en charge au CRCM de Lyon (comportant une proportion de 20 à 25% de femmes transplantées) la fréquence de l’infection à HPV, la persistance (>12 mois) de l’infection à HPV, la fréquence des frottis anormaux, et des anomalies cervicales liés à l’HPV."

Perspectives : 
"Ces données permettront de sensibiliser les professionnels de santé des CRCM adultes et les femmes elle-même sur l’importance d’un suivi gynécologique et d’un dépistage cervical régulier
o De sensibiliser les professionnels de santé des CRCM pédiatriques et les parents sur l’intérêt de la vaccination anti-HPV 

En cas de confirmation de fréquence élevée des pathologies cervico-vagino-vulvaires liées à l’HPV, proposer la rédaction de recommandations sur les modalités de surveillance gynécologiques des femmes atteintes de mucoviscidose au niveau français et international.

A la suite de ce projet, plusieurs axes de recherche pourront être développés : recherche des mécanismes expliquant le profil inhabituel de portage l’infection HPV chez les patientes atteintes de mucoviscidose, étude d’acceptabilité et d’impact d’une consultation systématique de gynécologie où seraient abordées les questions de vaccination HPV, contraception, sexualité."

Résultats obtenus : 
"Etapes du projet : Nous avons mis en place le projet de recherche conformément au protocole de recherche. Nous avons défini les procédures de déroulement de l'étude (information des patientes, modalité de recueil des données à partir des dossiers médicaux, procédures garantissant l'anonymisation des données recueillies, procédures de qualité de gestion des données). Ces procédures ont été validées par le comité de pilotage de l'étude (COPIL) constitué de médecins de CRCM et de l'équipe du coordination de l'étude (méthodologiste et chargé d'étude).

Inclusion de 8 patientes depuis le 8 mars 2017, sur 92 patientes attendues."